FODMAP et tests de tolérance de nouveaux aliments

2 August, 2021 ,

Si vous suivez une alimentation faible en FODMAP*, vous savez certainement qu’il y a un protocole bien précis à respecter. À savoir, la phase d’élimination des FODMAP, puis, une fois les symptômes disparus, on débute la phase des tests de réintroduction selon un protocole bien établi afin d’identifier les familles de FODMAP qui vous font réagir. Enfin, il y a la phase de maintien au cours de laquelle on réintègre au quotidien les aliments qui contiennent les familles de FODMAP que l’on a tolérées afin d’avoir une alimentation la plus variée et équilibrée possible.

Il est important de vous rappeler que vos tolérances peuvent évoluer dans le temps.

Tester sa tolérance à de nouveaux aliments

Les tests de réintroduction sont d’une importance capitale, car ils permettent de mettre le doigt sur la ou les familles responsables de vos inconforts digestifs. Une fois les tests terminés, vous pourrez assouplir la diète à votre niveau de tolérance tout en contrôlant vos symptômes.

Seulement voilà, l’université Monash n’a pas testé tous les aliments. Il y en a donc peut-être que vous aimeriez réintégrer, mais vous n’osez pas le faire, car vous ne connaissez pas leur teneur en FODMAP. Ceci est encore plus important pour les produits transformés. Donc, quoi faire ?

Eh bien, rien de plus simple : une fois les tests de réintroduction faits et vos symptômes contrôlés avec votre alimentation plus diversifiée, vous pouvez tester votre tolérance pour des aliments spécifiques non testés par Monash.

Le protocole reste le même que lors de la réintroduction:

– Attendez de ne pas avoir de symptômes.

– Faites des tests sur 3 jours consécutifs:

Commencez au jour 1 avec une petite quantité (environ ¼ de la portion que vous prendriez habituellement) de l’aliment que vous désirez tester. Faites bien attention de ne pas inclure de nouveaux aliments en parallèle.

Surveillez votre réponse aux symptômes pendant les 24 heures suivantes.

  • Si vous n’éprouvez pas de symptômes, augmentez les quantités testées au jour 2 (environ ½ portion de ce que vous mangeriez habituellement) et au jour 3 (la quantité d’aliment que vous consommez d’habitude).
  • En revanche, si entre deux tests vous éprouvez des symptômes légers ou quelques inconforts, vous pourriez retester la même quantité le jour suivant et évaluer votre tolérance à la répétition. À la fin des tests vous pourrez décider si ces symptômes sont gérables ou pas. De cette façon, vous connaîtrez votre tolérance et vous saurez à quoi vous attendre si vous consommez ces aliments.
  • À tout instant, si vous éprouvez des symptômes aigus, arrêtez les tests et évitez cet aliment pour le moment. Vous pourrez refaire des tests plus tard afin de voir si votre tolérance a évolué.

Petit conseil: Ne vous stressez pas trop en imaginant vos potentiels symptômes avant les tests de réintroduction. Ce serait dommage de ressentir des douleurs/inconforts qui ne sont pas réellement liés à l’aliment, mais bien au stress et à l’angoisse de le réintroduire.

Gardez en tête que le but de tout cela est de vous sentir bien tout en pouvant manger la plus grande variété d’aliments possible et le tout en ayant du plaisir.

Si vous pensez avoir besoin d’aide, nos nutritionnistes sont là pour vous accompagner dans votre démarche et vous aider à varier votre alimentation tout en reprenant le contrôle de vos symptômes.

*Les FODMAP sont des glucides fermentescibles qui sont en partie responsables des symptômes chez les gens souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII). Pour plus d’info, lisez cet article.

Source


Monash University. 2016.  « Testing your tolerance to untested foods ». https://www.monashfodmap.com/blog/testing-your-tolerance-to-untested-foods/ [consulté le 30 juillet 2021].

The following two tabs change content below.

Auteur

Jennifer Morzier

Jennifer Morzier

Jennifer est nutritionniste diplômée de l’Université de Montréal depuis décembre 2018 et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Elle est convaincue que la qualité de nos choix alimentaires a un impact direct sur notre santé et notre niveau d’énergie. Son objectif ? Aider à améliorer la qualité de ce que l’on met dans nos assiettes, c’est donc tout naturellement qu’elle allie ses efforts à ceux de l’équipe de SOSCuisine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site web utilise des témoins (cookies) pour offrir la meilleure expérience utilisateur et assurer une bonne performance, la communication avec les réseaux sociaux ou l'affichage de publicités. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation des témoins conformément à notre politique de confidentialité.

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.